Image

Les chemins de la gloire

La remplaçante de la F56 marche déjà vers le succès au point quele chantier peine à honorer les commandes. Une réussite justifiée par de très beaux volumes, des finitions rigoureuses, une esthétique flatteuse et des choix contemporains.

Un peu moins d’une année après son lancement, la Princess F55 s’affiche déjà comme la star des vedettes à fly du chantier britannique. Marc Deltenre et Didier Le Brun, les dirigeants de Princess France, s’en réjouissent autant qu’ils s’en désolent, car disent-ils, « la demande est importante, nous n’avons pas assez de modèles disponibles ». Ce bateau est réellement pensé comme un mini yacht et l’évolution de l’architecture navale, comme celle des techniques de construction, permettent aujourd’hui des aménagements impossibles il y a encore dix ans sur un bateau de cette taille, comme par exemple le salon extérieur de la plage avant, avec une banquette moulée sous le pare-brise, un passage transversal et un vaste solarium dont les dossiers se règlent comme des chaises longues. Au-delà de cet exemple, la Princess F55 affiche des lignes contemporaines, tendues, homogènes. L’imposant franc-bord présente trois ouvertures, les ouïes de la salle des machines, le grand hublot trapézoïdal de la cabine principale, et celui fin et tout en longueur des cabines avant, des éléments qui gomment et affinent la masse de la muraille.

Un loft épuré et luxueux

Ce principe est repris pour les superstructures enveloppées d’un pare-brise profilé intégral, sans rupture, qui s’affine vers l’arrière. Le fly qui s’étend au-dessus du cockpit est lui aussi parfaitement intégré à l’ensemble, presque discret tout en offrant de confortables aménagements. Princess s’est toujours tenu loin des extra- vagances stylistiques qui égayent ou surprennent, en proposant des yachts relativement classiques et rassurants. Lorsque l’on met un pied à bord de la F55, nous sommes en présence d’un loft très épuré, moderne et luxueux. L’accès logique s’effectue par l’arrière et la passerelle hydraulique escamotable qui débouche dans le cockpit, encadrée par les deux portillons d’accès à la belle plate-forme hydraulique (en option). L’aménagement du cockpit est confortable, composé d’une banquette moulée et d’une table en teck fixée sur deux solides pieds en inox. Cet espace protégé par la casquette du fly communique directement avec l’intérieur lorsque la baie vitrée de séparation est ouverte et plus spécialement avec la cuisine, lorsqu’une partie de cette baie est basculée vers le haut contre le plafond, transformant l’espace arrière du plan de travail, en bar et en desserte.

Un confortable poste de pilotage

L’intérieur s’organise sur deux niveaux. L’entrée de plain-pied avec le cockpit présente la cuisine à gauche. Elle est parfaitement équipée de matériel haut de gamme, plaque de cuisson, four, lave-vaisselle et un grand frigo congélateur vertical, sans oublier une série de placards en hauteur. Sur le bord opposé, une desserte propose une série de quatre placards bas. Deux marches conduisent au salon, avec, sur la gauche, un canapé en U autour d’une table rétractable qui devient au choix basse ou plus haute pour les repas. En vis-à-vis un second canapé est adossé à un meuble bas qui dissimule l’écranplat escamotable de 49 pouces. Chez Princess, le poste de pilotage a toujours été très soigné, à l’image d’une berline anglaise haut de gamme, avec deux fauteuils capitonnés indépendants et réglables, un repose-pied et une main courante gainée de cuir. La console affiche des écrans de navigation dernier cri, des commandes électriques, celle des propulseurs, et l’ordinateur du moteur qui complète un équipement high-tech au service du pilote. L’ambiance qui se dégage du salon est sereine, apaisante ; les boiseries en noyer satiné s’harmonisent avec le tissu clair du mobilier et les vaigrages blancs du plafond, valorisé par les montants gris de la cabine. Mais le plus important ce sont les immenses vitres latérales qui descendent sous le niveau des dossiers et qui inondent l’espace de lumière naturelle. Sous le pont, la Princess F55 accueille trois cabines et deux salles de bains, accessibles par un escalier de cinq marches sous lequel est logé le lave-linge. La cabine centrale sur tribord propose deux lits simples et une penderie. Elle partage la salle de bain de la cabine avant, qui est équipée d’un lit double encadré de deux longues dessertes sous les hublots, d’une penderie et de rangements sous le lit. Le style de cette cabine reprend celui du salon avec une épaisse moquette claire, des vaigrages également clairs et des menuiseries en noyer.

La très belle cabine principale

La pièce de choix reste la cabine principale, sur l’arrière des aménagements, qui occupe toute la largeur de la coque et qui bénéficie d’une incroyable vue sur mer au travers des grands hublots de bordé. Le style et la décoration sont ici aussi dans la lignée des autres cabines et du salon. Propriétaire oblige, la master dispose d’une salle de bain privée avec une douche indépendante, d’un petit salon sous le hublot bâbord, d’unecommode sur l’autre bord et d’une penderie, avec bien évidemment la climatisation, un écran plat et un système audio haut de gamme, comme dans le reste du bord. La Princess F55 reçoit ses passagers dans un vrai confort qui n’a rien d’usurpé, à l’intérieur mais aussi à l’extérieur et principalement sur le fly, pensé et traité comme un troisième pont.

Un fly sobre et confortable

L’escalier d’accès aux marches garnies de teck débouche sur l’arrière bâbord du fly, lui aussi garni de teck. L’essentiel de l’espace est consacré au long canapé en L qui épouse l’arrière et une grande partie du côté tribord, complété par une belle table en teck aux abattants repliables, fixée sur de solides pieds en inox. A l’avant, le poste de pilotage et le canapé modulable en solarium forment une sorte d’alcôve délimitée par le meuble bar sur bâbord et par le dossier du canapé. Pour animer ce motoryacht, Princess reste fidèle à la ligne d’arbre, accouplée à de puissants Volvo D13 de 900 chevaux. En navigation, l’insonorisation est excellente, les moteurs sont présents mais avec un niveau très acceptable. La réputation des carènes Princess n’est plus à faire, avec suffisamment de V à l’avant pour passer confortablement les vagues, et un rapport longueur/ largeur qui offre une stabilité incomparable autant en route qu’au mouillage. Bien motorisée, la Princess flirte sans effort avec les 30 nœuds, mais présente les mêmes qualités en vitesse de croisière entre 1 800 tr/mn et 2 200 tr/mn. Cette Princess F55 mérite amplement l’intérêt qu’elle suscite.

Lien vers Page Spécifications, Photos et Visite virtuelle du Princess F55

Lien vers Page Fiche détaillée, Visite virtuelle d'un Princess F55 année 2019 actuellement disponible à la vente

Dernières Actualités

Princess Y95

Le nouveau Y95 est le fleuron de la gamme Y Class. Elle a été créée av...

En savoir plus
Princess S62

Puissant mais élégant, on ne s’y trompe pas ; le nouveau S62 est un...

En savoir plus
Princess V55

Avec son extérieur profilé aux lignes dynamiques, son utilisation intelligente de...

En savoir plus
Instagram
Instagram

Vous souhaitez partager vos photos avec nous ? Publiez sur instagram avec le hashtag #princessyachtsfrance

Suivez-nous